En images : comment combiner le bois et le béton pour un ensemble cohérent ?

22/09/14 à 11:24 - Mise à jour à 17/02/15 à 10:07

Du bois, du béton et de la lumière. Tels sont les éléments de base qui ont inspiré la conception de cette maison largement ouverte sur la campagne wallonne. Alliant deux méthodes de construction, elle affiche une grande cohérence à la fois esthétique et fonctionnelle.

Après avoir en vain cherché à acquérir une maison à leur goût, les propriétaires ont finalement opté pour la construction de leur nouvelle habitation, posée sur une grande parcelle exposée au sud et aux vues très dégagées sur la campagne environnante, dans un quartier résidentiel de la commune hennuyère de Thieusies. Leur projet est né de leur coup de coeur pour l'une des réalisations du bureau LRArchitectes, géré par les associés Serge Landtmeters et Pascal Rahier.

Béton et bois

La double méthode de construction est le fruit des souhaits respectifs des maîtres d'ouvrage. " Mon mari travaillait à l'époque dans le domaine de la cimenterie, explique la propriétaire. Il avait donc envie d'utiliser le béton, du moins pour une partie de la maison, tandis que le bois était davantage mon matériau de prédilection. La maison est en quelque sorte un compromis entre ces deux options. " La structure du bâti conjugue en effet ces deux matériaux de construction par superposition. Le rez-de-chaussée et le plancher intermédiaire ont été réalisés en béton, tandis que l'étage et le toit sont en ossature bois. Ce double usage se répercute aussi à l'intérieur, où bois et béton se partagent les revêtements de sol.

Programme

Avant de donner carte blanche aux architectes, les maîtres d'ouvrage avaient émis le souhait d'avoir une maison aux allures contemporaines, très lumineuse et ouverte sur la campagne environnante. Ils avaient aussi fixé un programme de base pour l'ensemble des espaces. Ils souhaitaient ainsi disposer de trois chambres, de deux salles de bains, d'un bureau et de deux terrasses, dont une couverte. Le rez-de-chaussée devait distribuer une - grande - cuisine, la buanderie, la salle à manger et le salon.

Imbrication

La cour d'entrée qui reçoit l'aire de stationnement dévoile la façade avant du bâtiment, placé légèrement de biais par rapport au terrain afin d'être davantage tourné vers le sud. La façade présente une succession de murs en blocs de béton apparents sur lesquels vient s'imbriquer la structure en bois de l'étage. Une imbrication particulière puisque cette structure intègre le salon, occupant un niveau et demi. Le bardage vertical en afzelia épouse dès lors le volume du salon, rendant la configuration intérieure visible de l'extérieur. " Comme dans tous nos projets, le point de départ conceptuel de cette maison est en premier lieu pragmatique : un plan, une coupe et une implantation, précisent les architectes. C'est à partir de ces dimensions qu'émergent des solutions qui font naître des volumes, qui engendrent à leur tour des façades. Le volume du salon a ainsi logiquement eu une implication esthétique sur la façade avant, rendant l'ensemble cohérent dans son expression. Une expression que nous voulons marquer d'une forme de pureté, débarrassée de tout élément inutile, en poussant au maximum l'apparence de simplicité. " Côté jardin, l'usage de volets en bois permettant d'occulter les châssis de la façade arrière participe de cet objectif. Bardage et volets peuvent ainsi fusionner pour offrir à l'étage une parfaite unité esthétique.

Débordements

Le volume en bois de l'étage présente une surface plus importante que le rez-de-chaussée. Il déborde en effet du volume en béton à la fois en longueur et latéralement. Côté ouest, la structure en bois se prolonge en porte-à-faux, créant une terrasse couverte desservant la cuisine. Le débordement latéral a quant à lui deux fonctions. Lors des journées d'été, il protège le rez-de-chaussée d'une surchauffe éventuelle, tandis que les longs vitrages en façade arrière sont mieux préservés des intempéries durant l'hiver.

Noyaux techniques

Pour le rez-de-chaussée, les architectes ont proposé un plan libre où sont déposés des volumes jouant le rôle de noyaux techniques et permettant une circulation fluide au sein des espaces. Au nombre de deux, et placés au niveau de l'entrée, ces deux volumes fermés distribuent d'un côté la buanderie, le vestiaire et autres placards de rangement, de l'autre les toilettes.

Transition sur canapé

Quasi entièrement vitré sur sa façade arrière, le rez-de-chaussée se compose d'un grand plateau déployé sur deux niveaux. Côté est, une petite volée de marches mène au salon qui, avec son niveau et demi et plus de 4 mètres de hauteur sous plafond, fait office d'espace de transition entre le rez-de-chaussée et l'étage. Cette configuration offre aux occupants une vue encore plus généreuse sur la campagne grâce au vitrage plus élevé que dans le reste du rez-de-chaussée, tout en donnant la sensation d'un volume plus important. Sa volumétrie génère aussi un effet à la fois carré et vertical, en contraste avec le reste du rez-de-chaussée, rectangulaire et horizontal.

Garder le contact

Alors qu'il se trouve physiquement à l'étage et sert de tampon avec les espaces de nuit, le bureau reste en relation avec les pièces de vie grâce à un vitrage surplombant le salon. Il reste ainsi visuellement connecté tout en étant acoustiquement isolé. " Dans un lieu de vie familial, il nous semble important de structurer les espaces de manière à ce que les occupants puissent cohabiter librement sans jamais se gêner, tout en maintenant le contact ", commentent les architectes.

Décrochements

Exposé au nord, le couloir de nuit auquel on accède par une seconde volée de marches à partir du salon est rythmé par de petites ouvertures verticales permettant d'apporter suffisamment de lumière naturelle durant la journée. Il distribue deux chambres d'enfant et leur salle de douche, puis la salle de bains et la chambre parentale occupant en partie le volume en porte-à-faux. Une petite chambre d'amis vient compléter l'ensemble. Entre le couloir et les espaces de nuit proprement dits, des volumes en décrochement ont été créés pour intégrer techniques et espaces de rangement.

TEXTE : Stephan Debusschere / PHOTOS : Laurent Brandajs

LRArchitectes - www.lrarchitectes.com

Nos partenaires