En images: Pourquoi cette maison intemporelle de 2005 dégage toujours une ambiance très actuelle

06/04/16 à 13:35 - Mise à jour à 13:35

Construite en 2005, cette maison trois façades demeure très actuelle près de onze ans plus tard. Sa combinaison de matériaux " chauds " et " froids ", ses proportions équilibrées, sa taille humaine et la grande luminosité dont elle bénéficie sont les garants de son caractère intemporel.

Pour construire ce bâtiment en mitoyenneté, un jeune couple d'indépendants a fait appel à l'architecte Luk Vorsselmans du bureau LV-architecten. Afin de satisfaire à leur programme - une maison unifamiliale combinée à un espace de bureau -, l'architecte a fourni une solution tant en longueur qu'en hauteur. Du sous-sol au grenier, la maison compte quatre niveaux. Et bien que l'activité professionnelle du propriétaire nécessite beaucoup de lumière du jour, son bureau de géomètre a été placé au niveau du sous-sol, côté rue. Pour éclairer celui-ci naturellement, une grande baie vitrée en angle a été placée en façade avant, donnant en quelque sorte l'impression de sortir de terre. La lumière du jour traverse cette baie via un vide pour arroser l'espace enterré de manière à la fois directe et en diagonale. " C'est le principe de la cour anglaise, explique l'architecte. Il s'agit d'un puits de lumière placé à côté du bâtiment, généralement aussi profond qu'une cave et permettant à la lumière du jour de faire son chemin à travers les fenêtres qui le bordent. Dans ce projet, le puits de lumière n'est pas aussi profond que la cave, mais nous avons obtenu le même effet en rehaussant la dalle de sol du rez-de-chaussée et le vide. "

Une configuration étudiée

Cette rehausse de la dalle de sol du rez-de-chaussée délimite le salon, qui se trouve donc côté rue et un peu à l'écart du reste de l'espace de vie, ce qui préserve par ailleurs l'intimité recherchée d'un tel espace. Preuve en est que des murs ou des parois ne sont pas toujours nécessaires pour obtenir le résultat escompté. Une telle zone située un peu en retrait a d'ailleurs un effet apaisant, tout en présentant un aspect très pratique, que ce soit dans le cas d'une cuisine ouverte - on n'a pas forcément envie d'exposer aux regards l'état de sa cuisine - ou lorsque les occupants ont plusieurs activités dans une même pièce. Le hall, en grande partie constitué de verre mat, a lui aussi pour fonction de servir de tampon et de distribuer l'espace, en adoucissant la transition d'une zone à l'autre.

La circulation a également bénéficié d'une grande attention, et les déambulations s'affichent clairement dans les axes de vue de l'espace de vie. Et si les escaliers sont un peu moins visibles, ils sont bel et bien présents. On compte deux escaliers entre le rez-de-chaussée et le niveau inférieur. Le premier habille le vide entre le salon et le bureau ; le second, accessible par l'arrière de la maison et dissimulé entre le mur de placards et le mitoyen, permet d'accéder à un local de rangement. Cette disposition permet aux occupants, férus de cyclisme, de ranger aisément leurs vélos au sous-sol sans devoir traverser la maison. Un troisième escalier, enfin, relie le rez-de-chaussée à l'étage.

La distribution de l'étage est un peu plus classique, avec trois chambres dont la succession en enfilade est interrompue par une salle de bains compacte qui intègre de manière logique et symétrique toutes les fonctions. Toutes les chambres donnent sur le hall de nuit, placé du côté le plus sombre de la maison, à savoir le mur mitoyen. Mais même là, la lumière du jour est abondante grâce à la fenêtre verticale située en façade avant.

Texte: Sofie De Vriese / Photos: Liesbet Goetschalckx

'Je vais construire & rénover' n°389

LV-Architecten - www.lv-architecten.be

Nos partenaires