En images: Trois générations sous un même toit

21/04/17 à 15:32 - Mise à jour à 15:32

L'habitation kangourou que partagent Sylvie, Hugues, leurs deux enfants et le grand-père repose sur la pente raide d'une carrière d'argile à Boom. Ce relief particulier aurait pu constituer un obstacle, mais l'architecte, Koen Heyvaert, en a fait un atout. La pente a en effet permis de créer un niveau supplémentaire, côté jardin, pour l'appartement du grand-père.

C'est à la suite du décès de la mère de Sylvie que la famille s'est posé la question de la maison kangourou. Ne voulant pas laisser le grand-père tout seul, la famille était bien décidée à se serrer les coudes et à partager le même toit. Construire une extension à la maison familiale s'est pourtant vite avéré impossible en raison d'interdits urbanistiques. C'est ainsi qu'est né un projet de nouvelle construction.

Sur le plan juridique, la famille avait de nombreuses choses à vérifier. "Nous nous sommes mis d'accord pour que mon père puisse habiter ici jusqu'à la fin de sa vie", explique Sylvie. "Nous sommes donc propriétaires de la totalité de la maison, mais il jouit à vie d'une partie de celle-ci par usufruit. Toutefois, il n'existe en Belgique que peu de réglementation sur l'habitat kangourou et notre maison pouvait rentrer sous différents statuts : maison de soins, maison kangourou, duplex... Il a donc été difficile de trouver les informations nécessaires et de rassembler le tout dans un accord juridiquement valable. En fin de compte, nous relevons du régime d'une maison de soins". Il restait encore les arrangements pratiques. "Nous avons choisi, par exemple, de placer un compteur électrique commun car c'était la solution la plus avantageuse. Et nous partageons la machine à laver et le sèche-linge".

Texte: Ilka De Bisschop

Je Vais Construire Extra

Nos partenaires