L'architecture-énoncé

14/01/11 à 12:01 - Mise à jour à 12:01

Vue de l'extérieur, l'habitation s'affiche comme une machine-habitat.

LIGNES DE FORCE 1. La spatialité du séjour joue un rôle important au sein de ce concept. 2. Le lien avec l'environnement : la demeure ne trône pas toute seule mais engage un dialogue avec son environnement. 3. Les trois "silos" évoquent le principe baroque de l'espace dans l'espace et confèrent une plus-value architecturale à l'intérieur. 4. Utilisation du steelframe. Les parois sont autoportantes et permettent un agencement flexible. 5. L'expérience physique du concept par l'utilisation de nouveaux matériaux.

ARCHITECTEJos Vanderperren

Si d'aventure vous prononcez les mots "Renaissance" ou "baroque" devant l'architecte Jos Vanderperren, soyez assuré de toucher là l'une des cordes de son violon d'Ingres. Cet architecte peut en effet vous entretenir avec passion des schémas universels et des nombres magiques de Palladio, Guarino Guarini, Niceronis ou de leurs illustres disciples tels Hendrik Beyaert.

Conçue il y a quelques années, cette habitation n'est pas sans évoquer un habitat-cathédrale. Et il est un fait que l'esprit des styles baroque et Renaissance baigne ces lieux. L'architecte est parvenu à y transposer leur langage en manipulant les espaces de manière plutôt fascinante, en concevant par structures, en reliant et désolidarisant les espaces, en les faisant glisser les uns dans les autres comme autant de poupées russes.

Machine-habitat

Vue de l'extérieur, l'habitation s'affiche comme une "machine-habitat" : ouverte uniquement sur la face Sud, elle est fermée sur trois côtés, lui donnant une allure sévère. Mais il en est autrement à l'intérieur, où Vanderperren a interprété la philosophie baroque en une succession de trois volumes articulés, larges pilastres s'imposant de par leurs formes résolument massives et sculpturales, et s'élançant jusqu'au plafond sans le toucher.

Leurs formes fermées et solides, tout en simplicité, abritent au rez-de-chaussée un espace de rangement, le vestiaire avec toilette ainsi que la cuisine, et à l'étage, un dressing, une salle de bains et une petite chambre à coucher.

L'entrelacement des volumes est un thème qui se développe tout aussi subtilement à l'extérieur de l'habitation. La structure à la fois ouverte et fermée, le contraste marqué entre la brique sombre et l'ouverture de la façade sud où le verre et le métal affichent leur prestance, tout concourt à créer l'illusion que deux volumes ont été glissés l'un dans l'autre.

Mode de construction Les trois façades sombres en brique gris-noir, ne présentant que de rares ouvertures pour les fenêtres, semblent tenir à distance un monde extérieur dont il faut se protéger, à la manière d'une forteresse. Si la maison se détache nettement de son environnement côté rue, la façade sud affiche quant à elle une ouverture des plus remarquables et se pare d'une contre-façade tout en transparence composée d'un châssis en métal déployé.

Ce qui rend la maison aussi bien plus légère que la plupart des demeures alentour, c'est son mode de construction. On a ici opté pour un processus de construction sèche, impliquant une ossature autoportante en acier, se composant de profilés en C, à parois minces.

Ces profilés affichent une épaisseur qui varie d'un millimètre et demi à deux millimètres et demi et sont réalisés avec des plaques de métal galvanisées. La construction du mur se compose comme suit : un profilé en C, une plaque d'OSB conditionnée, une isolation extérieure, un creux ventilé, de la maçonnerie ou une finition en crépi sur l'isolant.

Philip Willaert

En savoir plus sur:

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos