L'unité par les contrastes

10/11/10 à 11:51 - Mise à jour à 11:51

Sur cette parcelle, seule une construction de type bel-étage était autorisée. Le jeune couple souhaitait pourtant que la maison ait une grande fenêtre avec des portes coulissantes offrant un accès direct au jardin.

LIGNES DE FORCE 1. Ce projet démontre que même une maison bel-étage peut offrir un contact direct entre le salon et le jardin. 2. Les différents niveaux assurent simultanément intimité et unité. 3. Le vide sur le séjour, associé à une exploitation maximale de l'espace disponible, offre une importante sensation d'espace. 4. La façade arrière vitrée plonge les habitants dans la vie extérieure.

ARCHITECTE Peter Jacob 02 420 24 19

Face aux contraintes propres à la maison bel-étage, l'architecte a élaboré une solution ingénieuse pour que le salon donne quand même sur le jardin, sans enfreindre les prescriptions. Les maisons bel-étage disposent généralement d'une buanderie derrière le garage. Pas celle-ci.

En jouant avec plusieurs niveaux et en agrémentant cet espace d'une grande baie vitrée, l'architecte en a fait une pièce de vie - le salon -, avec l'approbation de l'urbanisme. En concertation avec ses clients, Peter Jacob a également laissé un vide entre le rez-de-chaussée et le premier étage, au-dessus du salon.

Les habitants profitent ainsi d'une vue sur le jardin - ou du moins sur une partie de celui-ci - de chaque coin des pièces de vie. La répartition de la maison est atypique. Le salon n'est pas tellement grand, mais l'importante hauteur sous plafond assure une belle sensation d'espace qui compense amplement la perte engendrée par le vide. Ce vide crée en outre une unité entre les pièces de vie (salon, bureau, cuisine et salle à manger) qui se trouvent à différents niveaux.

Espace comptoir

L'escalier ouvert - véritable casse-tête - a lui aussi été intégré dans la maison de manière très compacte. C'est sa forme qui a posé le plus de problèmes. L'architecte a gagné beaucoup de place en le faisant tourner en certains endroits pour minimiser les paliers, et il l'a décroché du mur pour accroître la sensation d'espace. La structure est en acier ciré ; les marches ont été réalisées dans la même essence de bois iroko que le sol du salon, afin de créer une plus grande unité

La cuisine est un vrai nid d'aigle. Elle est au centre des pièces de vie et jouit d'une agréable vue sur le jardin. Le plan de travail est disposé en forme de U, avec l'évier tourné vers le vide et le jardin. De là haut, les parents peuvent facilement tenir les enfants à l'oeil. La tablette se prolonge du côté de la salle à manger pour présenter un espace "comptoir", lieu privilégié pour boire une tasse de café ou lire le journal. Grâce au vide, la cuisine semble mesurer plus que trois mètres sur quatre.

Le bureau est situé à côté de la cuisine, légèrement plus haut. La hauteur du mur de séparation du bureau se poursuit visuellement dans la cuisine au moyen d'armoires placées à la même hauteur. La différence de niveau permet de voir du bureau vers la cuisine et la salle à manger, mais pas l'inverse. Ce rehaussement de niveau offre ainsi suffisamment d'intimité pour se concentrer dans un environnement calme et garantit une agréable hauteur sous plafond au rez-de-chaussée, dans le salon.

Agnes Mus

En savoir plus sur:

Nos partenaires