Là où tout n'est que géométrie...

09/08/10 à 15:54 - Mise à jour à 15:54

À l'origine, les propriétaires occupaient le bungalow hérité de leurs parents. Mais celui-ci avait fait son temps et était devenu trop exigu.

LIGNES DE FORCE 1. L'utilisation optimale de la parcelle avec une longue façade avant et une implantation en L. 2. L'unité générée par le choix limité des matériaux (pierre schisteuse, chêne, granit et verre). 3. La qualité des relations entre l'intérieur et l'extérieur.

ARCHITECTELeers & Partners Architecten BVBA, Fréderic Leers

La forme triangulaire de la parcelle a inspiré à l'architecte une maison à l'ordonnance inhabituelle. "Nous souhaitions conserver un peu de terrain libre pour aménager un jardin devant la maison ; nous devions aussi préserver une bande de terrain de trois mètres de large sur tout le pourtour de la parcelle", se justifie Frederic Leers. En fin de compte, l'architecte a conçu, à l'intérieur du triangle, un bâtiment en L.

Le bâtiment se compose de trois volumes, reliés entre eux par des zones vitrées verticales, dont l'une, accentuée par un auvent indépendant, accueille aussi l'entrée. Le soir, pour protéger l'intimité des occupants, un éclairage extérieur empêche les passants de regarder à travers les bandeaux vitrés ce qui se passe à l'intérieur.

Escalier

Au rez-de-chaussée, le premier volume, à gauche de l'entrée, abrite un vaste garage. À droite, dans le deuxième volume, un couloir distribue les espaces professionnels et privés, séparables si nécessaire par une porte vitrée. Le salon s'implante au rez-de-chaussée du troisième volume, à côté de la salle à manger.

Le feu ouvert est encastré dans un mur individuel derrière lequel un second escalier conduit à un espace servant de bibliothèque et de salle de jeux. Sous l'escalier se trouve, bien dissimulé, un placard abritant l'installation hi-fi. Cet escalier permet aux enfants de se rendre directement du salon à la salle de jeux, reliée à son tour, via une passerelle en bois, au hall de nuit et à leurs chambres. Un vide sur le salon assure le contact visuel entre les différents espaces.

Habitation/travail

À l'étage, le hall d'entrée, haut de plafond, constitue la séparation entre l'espace réservé aux parents et celui des enfants. On découvre ainsi, au-dessus de la zone habitation/travail, deux chambres d'enfant, une salle de bains et un bureau, tandis que la chambre des parents, un dressing, une salle de bains et un WC séparé s'implantent au-dessus du garage.

Là, une terrasse a été aménagée en contact direct avec la chambre, du côté rue : l'architecte a en fait prévu un évidement dans la longue façade avant et dans le toit ; une poutre insérée dans le plan de la façade protège en partie les occupants contre les regards indiscrets.

Un vaste dressing sépare la chambre des parents de la salle de bain. Le mur du fond de la pièce est garni d'un miroir sur toute sa hauteur, donnant l'illusion d'un espace deux fois plus grand.

Agnes Mus

Nos partenaires