Un passif abordable

17/10/13 à 14:32 - Mise à jour à 14:32

L'architecte Lieselotte Steurbaut est une fervente partisane de la construction et de l'habitat passifs. Et elle sait parfaitement ce que cela implique puisqu'elle a construit sa propre maison passive, qu'elle occupe avec conviction.

Lieselotte et son mari ont d'abord cherché une maison qu'ils pourraient rénover. Ils n'ont malheureusement pas trouvé le bâtiment idéal, dans lequel ils auraient pu réaliser des transformations abordables. Ils ont donc décidé d'acheter un modeste terrain à Audenarde, un terrain présentant une orientation jugée défavorable, puisque le jardin est situé au nord-ouest. L'architecte estime pourtant qu'il s'agit là d'un avantage plus que d'un inconvénient : "En été, lorsque nous voulons protéger la maison du soleil, nous pouvons tout fermer au sud sans perdre la vue et le contact avec le jardin. Et mon mari aime s'installer à l'ombre sur la terrasse. Pour nous, l'orientation est donc parfaite."

Un objectif clair

Dans le bureau où elle travaillait précédemment, Lieselotte avait acquis une belle expérience en matière de construction passive. L'objectif qu'elle visait pour sa propre maison était donc clair depuis le départ. Elle voulait également ressentir et tester ce qu'elle conseillait à ses clients de l'époque. Était-ce vraiment opérationnel, sain et abordable ? Elle a donc tenté de construire sa propre maison passive au prix du traditionnel. Et elle y est parvenue, avec un coût de 1 140 euros par mètre carré en 2010, soit un budget comparable à celui d'une construction traditionnelle conforme aux exigences PEB telles qu'imposées la même année. Un défi qu'elle n'a bien sûr pu relever que parce qu'elle disposait du bagage technique nécessaire. Agnes Mus

Nos partenaires