La rénovation: côté pratique

25/10/10 à 15:12 - Mise à jour à 15:12

Source: Je Vais Construire

Comment un architecte aborde-t-il une rénovation? Nous avons posé la question à Luc Boyen et à Ingrid Van Vlasselaer.

Comment un architecte aborde-t-il une rénovation? Nous avons posé la question à Luc Boyen et à Ingrid Van Vlasselaer.

"Lorsque nous entamons une rénovation, nous faisons un relevé détaillé de toute la maison, même s'il y a encore des plans en cours qui, à première vue, se justifient dans le contexte du moment. Cette approche nous permet de mieux 'sentir' la maison.

Nous prenons le temps d'examiner chaque pièce. Nous décelons ainsi plus facilement les lacunes techniques et nous pouvons alors résoudre immédiatement les questions fondamentales. Qu'en est-il de la luminosité? Quels sont les liens entre les différents espaces? Où se situent les canalisations? Y a t'il des fissures?"

De bonnes fondations


"Nous demandons toujours au maître de l'ouvrage de creuser une petite tranchée le long du bâtiment principal afin de découvrir les fondations. Les gens partent trop facilement du principe qu'une maison dispose de fondations solides. En cas de sérieux doute, nous pratiquons un sondage. Pour ce faire, il faut souvent casser le revêtement, mais ce procédé est indispensable si l'on veut éviter toute mauvaise surprise par la suite.

De bonnes fondations sont d'autant plus importantes si vous envisagez d'ajouter une charge importante, par exemple la construction d'un étage supplémentaire sur le bâtiment existant. Et s'il y a des fissurations, nous pouvons établir si celles-ci sont dues à des fondations de mauvaise qualité ou non. En cas de problème, il faut parfois maçonner en profondeur ou stabiliser.

Cette dernière opération peut se faire en injectant du polyuréthane dans le sol. Celui-ci gonfle et referme ainsi les fissurations existantes. Une solution coûteuse, il est vrai, mais efficace."

La cinquième façade


"Une toiture constitue souvent un poste coûteux. Les maisons très anciennes présentent, pour la plupart, une toiture recouverte de tuiles, sans sous-toiture. Si vous voulez utiliser les pièces sous le toit, et poser une sous-toiture, il faut absolument remplacer le recouvrement de la toiture. Les tuiles se seront déformées en s'adaptant les unes aux autres et ne pourront plus être replacées par la suite.

Autre lacune: les toitures anciennes sont dotées de chevrons trop fins pour pouvoir isoler convenablement la toiture, ce qui entraîne donc nécessairement des travaux supplémentaires pour la toiture. On pourrait aussi isoler le plancher du grenier mais si les maîtres de l'ouvrage veulent exploiter celui-ci - ce qui est pratiquement toujours le cas - les pans de toiture doivent être isolés.

Si une maison n'affiche aucun caractère, l'extérieur peut être littéralement emballé à l'aide de matériaux isolants. Une couche de finition peut ensuite être appliquée sous forme de plâtrage, bois, tuiles en argile ou tout autre matériau. Toutefois, cette technique ne s'avère pas toujours aussi simple. Il arrive, en effet, que les traverses ne soient pas suffisamment en saillie ou qu'il faille élargir la toiture, parce que les tuiles ne viennent pas assez loin au-dessus du mur.

Souvent les rénovateurs décident de prendre tout ça en mains et de remettre ce genre de travaux à plus tard pour s'apercevoir en définitive que la toiture renouvelée est trop courte d'un côté. Autre problème qui peut également se présenter: la menuiserie a déjà été remplacée et la teinte de celle-ci finit par jurer avec le plâtrage extérieur qu'ils veulent mettre plus tard. La meilleure solution est de faire faire un projet global et de réaliser les travaux, phase par phase.

Si la maison affiche du caractère, l'isolation est beaucoup plus difficile à réaliser. Si vous isolez à l'intérieur, vous aurez toujours un pont thermique aux jointures avec les murs transversaux. En théorie, il faudrait tous les habiller de placoplâtre, mais dans la pratique, on le fait rarement.

Etanchéifier


"S'il n'y a aucune couche d'étanchéité visible, placée horizontalement dans le bas de la maison, nous pratiquons systématiquement des injections dans la maçonnerie existante. Même s'il n'y a aucun problème apparent, nous appliquons également cette méthode. Si l'étanchéité est assurée, nous contrôlons toujours les murs à l'aide d'un hygromètre au cas où la couche d'étanchéité ne serait plus efficace.

Les maisons plus anciennes présentent toujours un sol carrelé posé sur un lit de sable. Il vaut mieux démolir ce genre de sols, creuser plus en profondeur et refaire une chape comme pour une construction neuve: hourdis, canalisations, plancher avec isolation, revêtement de sol. Vous créez ainsi un confort de vie contemporain et vous évitez les problèmes d'humidité si vous posez un parquet, par exemple.

A l'instar de la toiture, le sol constitue un poste onéreux, mais à terme, cet investissement est indispensable dans la mesure où vous souhaitez une maison techniquement en ordre pour un bon moment.

Le plancher aux étages pose généralement peu de problèmes. Si les maîtres de l'ouvrage veulent installer une salle de bains avec un sol carrelé, sur un gîtage en bois, nous plaçons des plaques à queue d'aronde sur ce dernier. Il s'agit de plaques profilées en acier sur lesquelles on coule une chape afin de pouvoir poser les carreaux sans qu'ils ne se détachent ensuite.

Remplacer le plafonnage


Dans les très anciennes maisons, le plâtre utilisé contient souvent des poils de vache. Mieux vaut tout décaper et remplacer par du nouveau plafonnage. Si vous réalisez des travaux de gros oeuvre, posez de nouvelles canalisations pour l'électricité ou améliorez le chauffage, il est impossible de refaire parfaitement le plafonnage sur les parties retravaillées.

Décaper un plafonnage est tâche aisée. Aussi les rénovateurs peuvent s'en charger eux-mêmes. Une fois que le plafonneur professionnel est passé, vous avez là un plafonnage de la qualité d'une construction neuve.

Ceux qui se lancent dans la construction neuve, laissent plus facilement libre cours à leur imagination que ceux qui rénovent. Dans le cas d'une rénovation, les gens se laissent beaucoup trop influencer par la situation existante. La plupart craignent les gros travaux de construction ou rechignent à pratiquer de grandes ouvertures par exemple.

Lors des premiers entretiens, nous insistons dès lors afin qu'ils nous disent tout ce qui leur passe pas la tête. Souvent, ils ne manquent pas d'imagination mais pensent que c'est irréalisable, alors que, techniquement parlant, c'est parfaitement possible.

Accepter les limites


"Par ailleurs, il existe malgré tout certaines limites. Au fil des ans, bon nombre de maisons anciennes ont été agrandies avec toute une série de dépendances abritant des fonctions importantes telles que cuisine et salle de bains. Souvent elles sont dans un état lamentable, mais ne peuvent être systématiquement démolies au risque de devoir respecter une plus petite profondeur de construction par exemple.

Autre problème auquel vous devrez quasi toujours faire face, c'est la vue sur le jardin. Ce lieu servait autrefois pour y travailler et n'était pas destiné à être visible. A l'heure actuelle, c'est l'extension de la maison, et elle doit donc se situer à proximité de celle-ci.

La question des délais revient constamment en construction. Malheureusement, rares sont les entrepreneurs qui parviennent à s'y tenir. Si les propriétaires restent dans la maison pendant la durée des travaux de transformation, cela peut créer des tensions et des frictions. Heureusement, une fois qu'ils sont achevés, les désagréments engendrés sont rapidement oubliés.

Economiser les énergies et établir un budget


"Si vous avez l'intention de rénover, vous devez opter pour des matériaux et du matériel de qualité. Nous utilisons toujours de bons matériaux d'isolation, du vitrage d'une valeur U de 1,1 et une chaudière à condensation...

Pour arriver au meilleur prix, nous coupons presque toujours le marché en deux. A l'heure actuelle, nos constatons que le prix coûtant de la construction/rénovation est à la hausse. Nombreuses sont les personnes qui préfèrent reporter les travaux à effectuer, le temps de pouvoir épargner. Ce n'est pas forcément un bon calcul quand on sait qu'à l'heure actuelle, les prix connaissent une hausse rapide. Heureusement, certains bâtisseurs/rénovateurs peuvent compter sur le soutien des parents ou des grands-parents."

En savoir plus sur:

Nos partenaires