La thermographie analysée en 10 points

11/02/11 à 16:02 - Mise à jour à 16:02

Source: Je Vais Construire

Avec les exigences en isolation et en étanchéité de l'air, la thermographie est de plus en plus utilisée dans le domaine de la construction

La thermographie analysée en 10 points

© Thinkstock

La thermographie, largement utilisée en médecine ou dans l'industrie, a récemment fait son apparition dans le secteur de la construction suite aux exigences en matière d'isolation et d'étanchéité à l'air.

1. Comment fonctionne la thermographie ?

La thermographie est une technique d'enregistrement thermique des divers points d'un corps, d'un objet ou d'un lieu, par détection du rayonnement infrarouge qu'il émet. Les parties les plus froides s'affichent dans des teintes bleutées et les parties les plus chaudes dans des tons de rouge. La photographie infrarouge permet notamment de détecter des zones d'échauffement ou de refroidissement anormales.

2. Qui est l'expert en thermographie ?


La profession n'étant pas reconnue par l'État et le prix d'une caméra infrarouge de base n'étant pas excessif, il est vivement recommandé d'être vigilant et de ne pas s'engager avec n'importe qui.

Vous reconnaîtrez un expert compétent en la matière à deux éléments : primo, il sera en possession d'un certificat délivré par l'ITC (Infrared Training Centre), l'unique centre de formation spécialisé dans ce domaine ; secundo, il jouira d'une formation dans un métier de la construction, tel que technicien en construction, ingénieur ou architecte. Une formation et une expérience dans le secteur du bâtiment sont en effet nécessaires pour interpréter les résultats et proposer des solutions.

3. Quelles sont les conditions requises pour effectuer une thermographie valable ?


Pour offrir des résultats précis, une thermographie doit s'effectuer dans certaines conditions climatiques. C'est pourquoi un expert consciencieux vous proposera d'ajourner son intervention si les conditions optimales ne sont pas réunies. Il veillera à respecter les critères suivants :
- Absence de vent ou vitesse du vent inférieure à 10 km/h. Le vent peut en effet influencer les résultats en refroidissant les parois exposées.
- Absence de soleil chaud. On réalisera de préférence la thermographie en mauvaise saison ou, éventuellement, tôt le matin ou tard le soir en été.
- Absence de pluie dans les 24 heures précédant l'intervention. Les matériaux humides peuvent en effet modifier leur rayonnement infrarouge.
- Différence de température de minimum 10 °C entre l'intérieur et l'extérieur du bâtiment. Une différence inférieure risque de compromettre la bonne détection des pertes par manque d'étanchéité ou des problèmes d'isolation. En cas de réalisation d'un test blower door (test de pressurisation) simultané, on peut se contenter d'une différence de 5 °C.
- Les prises de vue seront effectuées selon un angle idéal variant de minimum 45 à maximum 87° par rapport au plan de la façade ou de la toiture à photographier. Lorsque l'angle de prise de vue est plus faible, des éléments extérieurs au bâtiment, tels que le rayonnement de la voûte céleste, peuvent influencer les résultats mesurés.

4. Quel est l'équipement de l'expert en thermographie ?


La thermographie s'effectue au moyen d'une caméra infrarouge. Comme dans la photographie traditionnelle, cette technique est aujourd'hui entièrement digitalisée. Pour qu'une caméra capte suffisamment de détails et permette une localisation précise des problèmes, il faut qu'elle offre une résolution minimum de 240 x 220 pixels. Les appareils de résolution et de prix inférieurs ne permettent pas une lecture détaillée des corps photographiés.

L'expert disposera aussi d'un appareil photo à très haute résolution pour pouvoir photographier les mêmes endroits de manière classique. La confrontation des deux images permet en effet d'affiner la compréhension des désordres et la définition des remèdes à apporter.

5. Quand faire pratiquer une thermographie ?


On peut faire appel à la thermographie dans des situations très variées, et notamment :
- Lors de l'achat d'une maison. Vous souhaitez acquérir un bien et vous hésitez entre deux ou trois maisons similaires. Dans ce cas, la thermographie peut être d'une aide précieuse pour vous faire une idée claire du niveau d'isolation et d'étanchéité à l'air du ou des bien(s) convoité(s).
- Lors de la construction d'une nouvelle maison. Vous pouvez, par exemple, obliger contractuellement l'entrepreneur à faire effectuer une thermographie de votre nouvelle maison avant la réception provisoire de celle-ci. C'est la meilleure garantie que toutes les précautions seront prises, durant le processus de construction, au niveau des détails d'isolation et d'étanchéité à l'air.
- Avant d'entamer une rénovation. Une thermographie peut vous aider à détecter l'ensemble des problèmes de l'enveloppe et à définir ensuite les priorités dans les améliorations à y apporter.
- En cours de vie de la maison. La thermographie permet aussi, par exemple, de détecter des problèmes d'humidité. L'eau se réchauffant et se refroidissant moins rapidement que l'air ou les matériaux, la thermographie permettra de repérer un écoulement d'eau dans un faux plafond suite à une infiltration de toiture ou de localiser le trajet de l'eau dans le sol suite à une fuite du système de chauffage ou d'une conduite sanitaire.

6. Quelle est la valeur ajoutée d'une thermographie ?


Le certificat énergétique, d'application en Flandre et en Wallonie, et bientôt à Bruxelles, vous permet de vous faire une idée des performances des différents biens que vous convoitez pour l'achat ou la location. Mais n'oubliez pas que ce certificat est établi de manière théorique en fonction des constatations de l'auditeur et des déclarations du propriétaire vendeur. Or, si ce dernier déclare que les murs contiennent 4 cm d'isolation, l'auditeur n'a pas souvent l'occasion de le vérifier et de savoir si cette isolation a été posée de manière jointive et continue. De même, un audit énergétique se base sur la théorie. L'audit ne permet pas d'"entrer" littéralement dans les parois pour vérifier par exemple la pose de l'isolant ou le soin apporté aux raccords entre murs et fenêtres ou entre murs et toiture. La thermographie permet pour sa part d'affiner les résultats et de mettre au jour les vrais défis à relever lors de la rénovation.

7. Pourquoi faire réaliser une thermographie aérienne ?

Nous l'avons précisé plus haut, l'angle de prise de vue est important pour obtenir une bonne lisibilité des éléments photographiés. Ceci implique que les toitures à faible pente ou les toits plats sont quasiment impossibles à photographier depuis le sol. Il en va de même pour les immeubles hauts de plusieurs étages, pour lesquels la photographie des niveaux supérieurs devient irréalisable depuis le sol.

Sachant qu'il n'est pas toujours possible d'accéder à un immeuble voisin - qui, en outre, devrait être plus élevé que le bâtiment à photographier - pour se mettre dans une position idéale de prise de vue, la thermographie aérienne prend ici tout son sens. Le principe est le suivant : une petite nacelle mobile, accueillant la caméra infrarouge et/ou l'appareil photo, est suspendue à un ballon gonflé à l'hélium, lui-même attaché à un pied posé au sol. Le ballon est élevé à une hauteur suffisante pour accéder aux éléments (toit ou étages) à photographier. La nacelle peut être commandée à distance et donc parfaitement orientée en fonction des besoins.

Un moniteur au sol permet de visualiser ce que voi(en)t la caméra et/ou l'appareil photo, et une commande à distance permet d'enclencher les prises de vue. De cette manière, toutes les parois sont photographiées dans les meilleures conditions.

8. Que doit contenir le rapport de l'expert ?


Pour être utilisable par votre architecte (et valablement reconnu en Wallonie pour l'octroi de la prime), le rapport doit idéalement contenir les éléments suivants :
- une description du bien et les coordonnées de son propriétaire ;
- les coordonnées complètes de l'expert ;
- les conditions climatiques dans lesquelles la thermographie a été réalisée. Ces conditions étant variables, elles peuvent être importantes en cas de comparaison ;
- un aperçu des différentes prises de vue photographiques et thermographiques et leur repérage dans ou sur le bien immobilier ;
- une interprétation des désordres constatés. Il faut savoir qu'une différence de 2 °C dans la température de surface d'une même paroi est déjà le signe d'un désordre ;
- une proposition d'amélioration des situations constatées, en décrivant les solutions et les matériaux à mettre en oeuvre.

9. Quel est le prix d'une thermographie ?


Le prix d'une thermographie depuis le sol varie en fonction de la taille et de la complexité de l'immeuble considéré. Pour une petite maison (moins de 150 m² de surface habitable) ou un appartement, comptez de l'ordre de 400 euros HTVA. Pour une villa, le prix peut grimper jusqu'aux environs de 600 euros HTVA. La thermographie aérienne est régulièrement utilisée en complément pour les étages plus élevés ou les toitures (voir ci-dessus).

Le supplément qu'elle engendre est d'environ 150 euros HTVA. Une thermographie (ou photographie) aérienne seule revient à 300 euros HTVA. Sachez enfin que vous pouvez payer une thermographie avec des éco-chèques.

10. À quels avantages financiers avez-vous droit ?


En Wallonie, la thermographie donne droit à une prime de 50 % de la facture TVA comprise (ou de la note d'honoraires), avec un maximum de 200 euros pour une maison unifamiliale ou de 700 euros pour tout autre bâtiment. Si la thermographie est réalisée dans le cadre d'un audit énergétique, vous bénéficiez en outre d'une réduction d'impôt de 40 % sur le coût de la thermographie, pour autant que le montant correspondant soit intégré dans le montant total de la facture de l'audit.


Eric Cloes

Remerciements à Guy de Viron - www.vueaerienne.be.

En savoir plus sur:

Nos partenaires