Larchitecte un allié de A à Z

10/02/11 à 16:29 - Mise à jour à 16:29

Source: Je Vais Construire

La principale tâche de l'architecte est d'encadrer le maître d'ouvrage mais également d'assurer la conception du bâtiment...

La principale tâche de l'architecte est d'encadrer le maître d'ouvrage dans son processus de construction ou de rénovation. Sa tâche légale est d'assurer la conception du bâtiment et le suivi de sa réalisation, du début à la fin. Cette collaboration peut aussi apporter d'autres avantages, souvent les bienvenus, au maître d'ouvrage.


1. Concept du projet de construction



Avec l'ingénieur civil, l'architecte est la seule personne légalement mandatée pour demander un permis d'urbanisme (l'ancien permis de bâtir) sous la forme requise. Pour cela, l'architecte doit dessiner un plan sur lequel il appose sa signature.

Sa "création" ou son "oeuvre" reste d'ailleurs sa propriété intellectuelle. Mais outre l'apposition de sa signature pour l'obtention du permis d'urbanisme, l'architecte peut aussi mettre à profit son savoir-faire et son expérience durant cette phase de démarrage pour :

- L'aménagement spatial : la répartition de la superficie, la position des pièces les unes par rapport aux autres, la circulation à l'intérieur et à l'extérieur, l'orientation...


- L'architecture : la définition des volumes, le choix des matériaux, le respect des prescriptions urbanistiques...


- Le support administratif : la rédaction du cahier des charges, le métré, les demandes d'offre et les contrats avec les entrepreneurs, le planning et l'organisation du chantier, le contrôle et le suivi des budgets et factures...


2. Suivi de la bonne exécution



L'architecte est légalement obligé de suivre l'exécution des travaux, de la conception jusqu'à la réception du bâtiment. Malgré la discussion sur la durée de cet engagement - certains estiment que l'engagement de l'architecte prend fin au moment de la fermeture du gros oeuvre -, l'Ordre des architectes défend le point de vue selon lequel cet engagement est plus vaste et comprend notamment aussi la problématique de l'électricité, de la plomberie, etc., de même que le contrôle des mesures en vue de répondre aux normes légales en matière de performance énergétique.

Les visites et rapports de chantier font également partie des tâches de l'architecte. Le maître d'ouvrage a tout intérêt à préciser dans son contrat avec l'architecte un nombre moyen de visites de chantier, de même que les étapes auxquelles celles-ci doivent se faire. Il sera ainsi systématiquement informé de l'état d'avancement du chantier.
Ces visites de chantier sont d'ailleurs une nécessité absolue, même après la phase du gros oeuvre.

Durant la construction, l'architecte reste responsable des tâches dont il se charge (et pour lesquelles il est assuré). L'architecte n'est pas responsable des erreurs ou des retards de l'entrepreneur ou d'autres partenaires, du moins si cela ne résulte pas de son instruction. Il doit néanmoins vérifier si les partenaires font bien leur travail. Dans le cas contraire, il peut refuser leur travail ou demander que celui-ci soit corrigé.


3. Autres avantages



S'engager avec un architecte peut aussi apporter d'autres avantages au maître d'ouvrage. Par exemple...

- Actuellement, l'architecte est le seul partenaire du processus de construction qui est obligé par la loi de souscrire une assurance de responsabilité décennale quant à la stabilité et à l'étanchéité du bâtiment. Voilà qui n'est pas négligeable pour le maître d'ouvrage. Supposons en effet qu'une fuite ou un problème de stabilité soit constaté durant ou après la construction. En tant que maître d'ouvrage, vous pouvez alors vous retourner sur l'assurance de l'architecte, pour autant que celui-ci soit reconnu (partiellement) responsable de la malfaçon.

Il en va différemment pour l'entrepreneur. Celui-ci assume, tout comme l'architecte, une responsabilité décennale sur les travaux concernant la stabilité ou l'étanchéité de la construction, mais il n'est pas obligé légalement de s'assurer contre les conséquences d'une éventuelle mauvaise exécution. Cela signifie concrètement que, si l'entrepreneur tombe en faillite, vous ne pourrez plus prétendre à aucune réparation financière. Votre architecte est le mieux placé pour vous aider à trouver des exécutants dignes de confiance.


- Indépendamment du volet purement créatif et architectural du projet de construction ou de rénovation, le maître d'ouvrage doit aujourd'hui se conformer à une kyrielle de lois et de règlements architecturaux dont la méconnaissance peut lui causer de graves problèmes. Selon les accords contractuels convenus avec votre architecte, celui-ci peut se charger (d'une partie) des tâches administratives (coordination de la sécurité, permis d'urbanisme, rapports PEB...).

La réglementation actuelle relative aux performances énergétiques en est un bel exemple. Celle-ci est relativement complexe et impose de lourdes pénalités si le bâtiment ne rencontre pas les normes stipulées. Or, si vous travaillez avec un architecte, vous pouvez dormir sur vos deux oreilles et vous ne devez absolument pas vous tracasser de toute cette paperasserie administrative car l'architecte signe un engagement selon lequel le projet se conformera dès sa phase de conception aux normes PEB en vigueur. Pour pouvoir le prouver, il suivra le projet jusqu'à ce que toutes les mesures prévues soient mises en oeuvre.

Bref, l'architecte est le conseiller indépendant par excellence sur lequel le maître d'ouvrage peut à tout instant se reposer. À l'instar d'un avocat auquel on fait appel pour obtenir gain de cause, l'architecte est là pour assister son client, le maître d'ouvrage.

Dirk De Mesmaeker

En savoir plus sur:

Nos partenaires