Sept problèmes liés à l'excès d'humidité

14/02/11 à 09:47 - Mise à jour à 09:47

Source: Je Vais Construire

L'excès d'humidité et ses conséquences

Sept problèmes liés à l'excès d'humidité

© IGB/JVC

L'hydrologie de l'habitat s'intéresse aux différents états de l'eau présente dans l'air sous forme liquide ou de vapeur. On parle plus souvent d'humidité, et on connaît surtout les problèmes qu'elle peut occasionner lorsque sa concentration n'est pas maîtrisée.

Deux paramètres peuvent faire varier le taux d'humidité : la température et le volume d'air. Plus l'air est chaud, plus il peut contenir d'humidité sous forme de vapeur. De même, plus son volume est important (ou renouvelé fréquemment), plus cette quantité potentiellement contenue augmente. À l'inverse, l'absence de renouvellement de l'air ou son refroidissement conduisent à des phénomènes de condensation.

Dans un habitat sain et confortable, le taux d'humidité doit être compris entre 35 et 65 %. Au-delà de ces 65%, les risques de rencontrer des problèmes d'humidité sont réels. L'excès d'humidité présente dans l'air peut être causé par différents facteurs. En clair, on distingue 7 types majeurs de problèmes liés à l'humidité et ses conséquences :

1. Les infiltrations sont les phénomènes les plus visibles. Il s'agit le plus souvent du résultat d'une mauvaise jonction au niveau des joints entre deux types de parois extérieures (joints entre châssis de fenêtres et murs, entre murs et toit...). Ici l'humidité se marque plus souvent dans le haut des parois ou encore sous les tablettes de fenêtres.


2. L'humidité d'absorption est liée à la porosité des matériaux. Un matériau isolant souple non protégé par un pare-vapeur peut absorber une grande quantité d'eau et voir dès lors son pouvoir isolant diminuer.


3. L'humidité "technique" est appelée ainsi parce qu'elle est liée à une fuite de canalisation d'une installation technique (conduite d'alimentation ou d'évacuation d'eau, circuit de chauffage par le sol...).


4. La condensation est un phénomène lors duquel l'eau passe de l'état de vapeur à l'état liquide, lorsque l'air subit une chute de température importante ou lorsqu'il entre en contact avec une paroi froide. On rencontre principalement ce problème durant l'hiver, là où se situent les ponts thermiques (angles de plafond, pourtour des châssis de fenêtres...).


5. L'humidité ascensionnelle est la conséquence de la remontée des eaux du sol par capillarité dans les murs ou les dalles de sol. L'eau se retrouve ainsi à l'intérieur de l'habitat et peut occasionner divers dégâts directs à la paroi (dégradation des briques, du plâtre, des revêtements muraux...), mais aussi augmenter la quantité d'humidité présente dans l'air. On rencontre ce phénomène principalement dans les pieds de mur des anciennes habitations.


6. Les efflorescences sont des rejets de matériaux tels que le plâtre, le plus souvent dus à une infiltration non permanente. Le support ne restant pas humide en permanence, il ne réunit pas les conditions pour développer des moisissures.


7. Les moisissures peuvent être liées à des problèmes de condensation, d'humidité ascensionnelle ou d'infiltration permanente. Pour permettre le développement de ces moisissures, le support doit présenter en quasi permanence des conditions d'humidité et de température favorables.
Si l'humidité peut causer d'importants dégâts aux matériaux touchés, entraînant des coûts de réparation plus ou moins importants, son excès peut également causer de graves problèmes de santé. En effet, les moisissures qui se développent peuvent occasionner des maladies telles que des problèmes respiratoires, des rhinites, des allergies respiratoires ou encore de l'asthme...

Jérémy Goldyn

En savoir plus sur:

Nos partenaires