Cube privé

19/02/13 à 11:49 - Mise à jour à 11:48

Les propriétaires de cette maison typique des années 60 avaient besoin d'un espace supplémentaire. Et surtout d'un espace privatif.

Les propriétaires de cette maison typique des années 60 avaient besoin d'un espace supplémentaire. Et surtout d'un espace privatif. À la fois simple, fonctionnel et efficace, la réponse à ce besoin s'est matérialisée en un cube "déposé" sur le bâtiment construit de plain-pied.

À mi-chemin entre Mons et Soignies, dans la province du Hainaut, cette maison construite en 1961 par un architecte namurois appartenait à la famille des propriétaires, qui l'ont rachetée il y a cinq ans. Séduits par la configuration en L de cette construction de plain-pied, sa fonctionnalité et l'exploitation maximale des espaces, les nouveaux occupants ont dans un premier temps concentré leurs efforts sur l'isolation du bâtiment. Le programme d'extension engagé en 2010 a été motivé par leur besoin d'espace supplémentaire, en raison de leurs trois enfants et de l'étroitesse de l'unique salle de bains. Les propriétaires souhaitaient donc développer un espace privatif pouvant distribuer une chambre, une salle de bains, un dressing ainsi qu'un coin bureau.

Cube en porte-à-faux

Comme l'étendue du terrain le permettait, l'idée de départ des propriétaires était simplement de réaliser cette extension dans la prolongation du bâti existant. L'idée de l'architecte Hugo Bauwens les a pourtant fait changer d'avis. "Plutôt que d'allonger la maison, l'architecte nous a proposé de prendre de la hauteur et d'insérer un cube dans la toiture, ce qui nous a tout de suite séduits", racontent les propriétaires.

Pour réduire au maximum le poids de la structure de l'extension, il a été décidé de la réaliser en bois. Et pour conférer de la légèreté à l'ensemble, le cube a été conçu de manière à créer un porte-à-faux, ce qui accentue par ailleurs l'effet d'insert et la dynamique recherchés par l'architecte.

Les différents éléments de la structure ont été préfabriqués en usine avant d'être insérés dans le bâtiment dans lequel il a fallu opérer une découpe. "La maison s'est littéralement retrouvée à ciel ouvert durant quelques jours, témoignent les propriétaires. Le placement par grue des éléments de la structure en bois n'a ensuite pris que deux jours." L'intervention a aussi mené à l'installation d'une nouvelle toiture.

Stephan Debusschere

Consultez le numéro 358 de notre magazine Je Vais Construire pour plus d'infos.

Nos partenaires