École abandonnée transformée en maison familiale spacieuse et claire'

30/06/15 à 11:21 - Mise à jour à 11:20

En général, nous sommes plutôt contents de quitter définitivement l'école. Pour l'architecte Birgitte Cools et sa famille, c'est plutôt l'inverse. Voici l'histoire d'une ancienne école transformée en une lumineuse habitation qui raconte encore bien des choses du passé.

Après avoir réalisé deux projets personnels de transformation, Birgitte Cools et son époux cherchaient un terrain pour asseoir leur première nouvelle construction. C'était sans compter sur leur coup de foudre pour une école abandonnée dans la commune flamande de Moorslede. Sa situation, son orientation et son potentiel les ont donc embarqués dans un troisième projet de transformation.

Le bâtiment a entièrement été mis à nu, tout en préservant la structure existante qui était encore en très bon état. Cela a permis de limiter le nombre d'interventions et de laisser transparaître l'histoire du bâtiment dans son architecture. L'école Saint-Joseph a ouvert ses portes en 1875. Un comte de la région avait fait don d'une auberge à une mère désireuse d'organiser une école pour les enfants du quartier. Au fil des ans, une école s'est construite autour de cette auberge. Cette évolution est restée visible dans l'ensemble. Côté rue, la cour a été isolée par un mur, et la double porte donne accès au préau. Derrière l'auberge, une longue nef abritait les classes. Un petit bâtiment a encore été ajouté plus tard pour accueillir une classe de maternelle et une salle de gymnastique. La cour de récréation était donc entourée sur trois de ses côtés.

Jeux de lumière

L'architecte a su jouer avec cette croissance organique pour réaliser sa maison. Dès le départ, il était clair que la longue nef allait devenir le séjour. Il suffisait d'abattre les murs du couloir et celui monté entre les deux classes. Les seuls vestiges de ce passé scolaire sont deux poutres en bois et la porte d'entrée du couloir. Le plancher du grenier a été isolé, parce que le volume sous toiture est inutilisé. Le plancher existant du rez-de-chaussée a été recouvert d'un nouveau revêtement en vinyle dissimulant un chauffage par le sol. La différence de hauteur de 15 centimètres ne se remarque qu'à peine, en raison de la hauteur du bâtiment.

C'est au sein de ce nouvel espace que l'architecte a créé un ensemble sobre et lumineux, où s'étire un longiligne îlot central prolongé d'une table. À l'instar des murs, ce mobilier de cuisine est entièrement blanc et contraste avec les teintes sombres du sol en vinyle et du plafond, teintes que l'on retrouve dans le mobilier et le tapis.

Texte : TiM Vanhove

Photos : Liesbeth Goetschalckx

Nos partenaires