En images: "Cette habitation est la meilleure preuve qu'économie d'énergie et belle architecture vont de pair"

26/11/15 à 14:14 - Mise à jour à 14:14

Une habitabilité remarquable, des matériaux judicieusement choisis et une qualité architecturale incontestable : l'habitation zéro énergie de Cindy Claes et Bjorn Vanoppen ne laisse pas indifférent. Les architectes peuvent présenter ce projet comme carte de visite.

" Il n'y a rien de négatif dans le changement, si c'est dans la bonne direction ", a dit Winston Churchill. Un point de vue certainement partagé par les architectes Cindy Claes et Bjorn Vanoppen. L'habitation qu'ils comptaient initialement transformer s'est avérée avoir une trop faible valeur architecturale pour justifier une rénovation. Inspirés par des clients souhaitant une construction écologique et peu énergivore, ils ont changé leurs plans pour s'orienter vers une reconstruction zéro énergie.

L'avantage financier a constitué ici une motivation supplémentaire : Hasselt compte en effet parmi les 32 communes belges où la reconstruction est encore possible au taux réduit de 6 %. C'est donc devenu un projet à ossature bois, ce qui permet d'atteindre une valeur d'isolation élevée en se passant de murs trop épais.

Coque brute

La structure principale en bois reçoit une finition en pierre naturelle clivée. Le matériau, collé, forme une coque brute autour du noyau tendre qu'est l'intérieur. L'implantation sobre et bien pensée des baies donne à la façade avant un aspect monolithique. La zone d'entrée, un bandeau vitré pour le bureau d'architecture et une vaste baie à l'étage supérieur, nettement en retrait, constituent en effet les seules ouvertures côté rue. La pierre naturelle se retrouve dans tous les éléments, comme le plafond de la saillie surplombant la porte d'entrée ou la légère pente qui mène à celle-ci. Des panneaux en lamelles de bois faisant office de pare-soleil donnent un peu de chaleur à cette façade grise. À l'arrière, la pierre est beaucoup moins présente ; ce côté de l'habitation est en effet largement vitré pour profiter au maximum de la lumière naturelle et de l'apport passif des rayons solaires.

Trait d'union entre voisins

Le couple d'architectes s'est laissé guider par les deux maisons voisines pour dessiner les plans de son habitation. L'une d'elles est plus proche de la rue que l'autre. Ce décalage a amené les concepteurs à créer un volume en saillie pour que leur maison fasse le lien entre les deux bâtiments voisins. La profondeur et le gabarit des deux maisons ont également été suivis, donnant lieu à des hauteurs de plafond différentes dans la partie arrière. Ces hauteurs délimitent à présent les fonctions dans l'espace de vie, tout en autorisant une baie vitrée haute de plus de 3 mètres. Celle-ci laisse généreusement entrer la lumière naturelle, ce qui n'est pas un luxe étant donné les 27 mètres de profondeur au niveau du rez-de-chaussée.

La quête de lumière naturelle fut par ailleurs un point de départ important du projet. D'autres solutions ont été mises en oeuvre dans ce but, comme une verrière au milieu du séjour ou un vide. Les murs blancs réfléchissent la lumière jusqu'au plus profond de l'habitation. Côté rue, le hall d'entrée a lui aussi droit à un vide, pour la même raison.

Texte: Tim Vanhove / Photos: Marc Sourbron/Italique

Architecten Claes & Vanoppen - www.claesvanoppen.be

Je vais construire & rénover n°386

Nos partenaires