En images: la rénovation stupéfiante d'un ancien commerce en maison mitoyenne lumineuse

28/04/16 à 09:59 - Mise à jour à 09:59

Oubliez vos préjugés sur les habitations orientées au nord, réputées sombres, car la maison de Serge et Nadia est baignée de lumière ! Steven Van Hecke, leur architecte, a réussi cette prouesse en prévoyant deux patios, plusieurs lanterneaux et un vide.

La façade avant de cette maison de rangée ne ressemble pas aux autres. Si l'on cherche à se garer dans les environs, on ne peut s'empêcher de penser que le double carport est particulièrement pratique. " Nous voulions absolument habiter dans le centre de Saint-Nicolas, mais nous avions parfaitement conscience du manque criant de places de stationnement dans le quartier... ", explique la propriétaire. Lorsqu'ils ont entrepris leurs recherches, Nadia et Serge étaient bien décidés à trouver une maison assez large pour pouvoir garer deux voitures devant chez eux. " Une façade large contribue également à une sensation d'espace à l'intérieur. " Ils ont fini par trouver un ancien immeuble commercial dont la façade avant affichait sept mètres de large, et deux grandes vitrines. " C'était inoccupé depuis un bout de temps. L'ancien propriétaire voulait y faire des appartements, mais il n'a jamais commencé les travaux. Le bâtiment tombait en ruine. Seule une rénovation globale permettait d'en faire quelque chose. Et c'était exactement ce dont nous rêvions ", affirme Serge.

Un ami d'enfance pour architecte

Une fois le bâtiment acheté, les nouveaux propriétaires ont immédiatement contacté l'architecte Steven Van Hecke. Serge et lui se connaissent depuis l'enfance. " Ses parents et mes grands-parents sont de bons amis. Pour moi, ce choix était évident ", dit Serge. L'approche moderne et contemporaine de l'architecte a également séduit Nadia. Le couple lui a laissé une grande liberté, en posant malgré tout quelques conditions. " Outre deux emplacements de parking, ils voulaient également deux espaces de rangement à l'avant, l'un pour les vélos et l'autre pour les poubelles. Il était question d'un vide, mais aussi d'espaces ouverts et d'un endroit pour un placard de sept mètres de long. Un jardin n'était pas indispensable, mais il fallait au minimum une terrasse pour que le couple puisse profiter du soleil à la belle saison ", résume Steven Van Hecke.

Prêt en six mois

Le but était de vider tout l'intérieur, en ne gardant que la façade avant. Hélas, cette dernière était dans un tel état de délabrement qu'elle a bougé pendant les travaux de démolition. " C'était assez effrayant. Non seulement il n'y avait plus un seul mur debout, mais en plus, les conteneurs à gravats nous ont coûté une fortune. Nous redoutions ce qui pouvait encore arriver. Heureusement, nous n'avons plus eu la moindre mauvaise surprise ", raconte Nadia. Et de fait, ils ont pu emménager dans leur nouvelle maison six mois à peine après le début des travaux de démolition. " C'est mon record, plaisante l'architecte. Le planning s'est bien agencé, et nous avons eu la chance de travailler avec des entrepreneurs qui, malgré le froid hivernal, l'ont respecté à la lettre. En outre, il n'y avait pas beaucoup de maçonneries : quelques murs intérieurs et une nouvelle façade avant. " La forme de cette dernière n'a pas changé : les ouvertures des carports viennent à la place des anciennes vitrines, et les trois fenêtres ont été maintenues au premier étage. L'enduit gris foncé assure une allure contemporaine.

TEXTE : Katrien Depoorter - PHOTOS : Yannick Milpas

Je vais construire & rénover n°390

Steven Van Hecke architectuurbureau - www.stevenvanhecke.be

Nos partenaires