En images: la transformation impressionnante d'une maison de rangée en bâtiment industriel

17/09/15 à 12:09 - Mise à jour à 12:09

Comment construire une habitation luxueusement spacieuse sur une parcelle d'à peine 5 mètres de large ? Les architectes Lander Van Wassenhove et Lies Deschietere y sont parvenus en utilisant toute la largeur de la parcelle et le trio de matériaux acier-verre-béton.

La nouvelle construction de Lander et Lies est située dans un quartier résidentiel de Zwijnaarde, entre deux maisons mitoyennes traditionnelles. La maison qui se trouvait là auparavant ne pouvait pas être conservée. Elle avait peu d'atouts architecturaux et s'était entièrement dégradée en raison d'anciennes constructions inachevées et abandonnées. " Cela avait peu de sens de rénover l'habitation existante. La structure portante était en ruine. Par ailleurs, si nous avions rénové, nous aurions dû nous en tenir à la situation existante ", explique l'architecte Lander Van Wassenhove. Le calcul a donc vite été fait : avec la nouvelle construction, ils ont pu se plonger complètement dans le projet, qui s'est révélé moins coûteux qu'une rénovation. " Notamment parce que nous avons pu bénéficier du taux réduit de TVA de 6 % qui, à l'époque, était d'application dans tout le pays pour la reconstruction d'une nouvelle maison après démolition d'un ancien bâtiment. "

Nouvelle structure portante

Le projet a débuté par la construction de deux nouveaux murs porteurs venant renforcer les murs mitoyens existants de part et d'autre. L'étape suivante a été le renouvellement complet de la structure portante, ce qui a immédiatement poussé les propriétaires à opter pour une structure ouverte. Les façades avant et arrière ont été construites en ossature bois. Ce choix s'explique principalement par la possibilité de remplir d'isolation toute l'épaisseur des murs. " Nous avons bien isolé les façades avant et latérales ainsi que le toit avec de la laine de roche. En 2009, la laine de roche était considérée comme l'un des matériaux isolants les plus performants. Si la laine de verre présente aujourd'hui des performances légèrement supérieures, les deux matériaux se valaient à l'époque. "

L'économie d'énergie était une priorité pour les architectes-habitants. Ils ont abaissé le niveau E à 48, alors que la norme exigeait un maximum de E100 au moment de la construction (le niveau E correspond à la consommation d'énergie primaire ; l'exigence est actuellement de 60 pour la Flandre et de 80 pour la Wallonie, tandis que la Région bruxelloise ne le prend plus en compte, ndlr). Le résultat : une habitation basse énergie. " Nous recherchions un équilibre responsable entre techniques d'économie d'énergie et efficacité. Pour cela, nous avons suivi la stratégie du Trias Energetica qui consiste tout d'abord à limiter la demande en énergie par le biais d'une enveloppe performante, puis à recourir aux énergies renouvelables et, enfin, à n'utiliser les énergies fossiles que lorsque cela s'avère indispensable, et ce, aussi efficacement que possible. "

Texte: Sofie De Vriese / Photos: Liesbet Goetschalckx

Architecte Lander Van Wassenhove / www.vanwassenhove-architecten.be

Je vais construire & rénover n°383

Nos partenaires