En images: Le chaînon manquant

25/08/17 à 17:39 - Mise à jour à 17:39

Comment l'ajout d'un seul élément peut-il transformer radicalement un intérieur ? Dans une maison de maître bruxelloise, un nouvel escalier modifie totalement la dynamique de la vie familiale. Les fonctions d'origine n'ont pas changé de place, mais la relecture des volumes à l'arrière et des entrées de lumière offre désormais un espace très convivial.

"Une grande nef ouverte sur le jardin". C'est en ces termes que l'architecte Lucas Gillard décrit ce spacieux volume sans vis-à-vis, dont la porte-fenêtre pliante permet une ouverture totale sur l'extérieur. Derrière la façade avant très classique se dessine aujourd'hui un projet résolument contemporain.

Lorsque Marc et Katja découvrent la maison, celle-ci a déjà subi certaines transformations. La demeure présente les caractéristiques habituelles des maisons de maître (trois pièces en enfilade avec de hauts plafonds moulurés) mais bénéficie aussi d'annexes plus récentes côté jardin. Ces boîtes semblent toutefois avoir été empilées là sans grande réflexion. Elles sont étriquées, entravent le passage de la lumière, ne correspondent pas au volume généreux de la maison et empiètent trop sur l'espace extérieur. Une intervention radicale semble indispensable pour repenser l'espace et les amenées de lumière. "Six ans après avoir acheté la maison, nous avions envie d'un peu de folie et nous avons franchi le pas", confie Marc.

Les anciennes annexes ont été démolies pour céder la place à une nouvelle extension qui accueille les mêmes fonctions qu'auparavant dans une architecture totalement revue et corrigée.

Je Vais Construire 403

Texte: Marie Delooz

Nos partenaires