En images: une vieille grange transformée en maison de vacances en verre

04/03/16 à 12:03 - Mise à jour à 12:03

" Tout architecte souhaite construire un jour une maison en verre ", clame Xavier Donck, du bureau Donck Architecten. Avec son fils et associé Arthur et quelques entrepreneurs passionnés, l'architecte a en partie confirmé cette prédiction en redonnant vie à une grange datant du XIXe siècle, devenue une chaleureuse maison de vacances offrant une vue magnifique sur les polders.

Tombée amoureuse de cette ancienne grange, la propriétaire désespérait de pouvoir l'acquérir un jour pour en faire une résidence de vacances. Jusqu'à ce qu'elle apprenne avec bonheur sa mise en vente. " Pour se convaincre qu'une grange datant de 1897 pouvait devenir une résidence de vacances offrant suffisamment de place pour héberger six personnes, il fallait avoir un petit grain de folie, et c'est bien ce qui caractérise la propriétaire... ", sourit Xavier Donck encore tout émerveillé du résultat trois ans après la fin des travaux.

Par passion

Propriétaire et architecte se connaissaient déjà de longue date et n'en étaient pas à leur première collaboration. " C'est Xavier qui a conçu ma maison en 1997, confie la propriétaire. J'aime son sens de l'esthétique. Comme nous avons les mêmes goûts pour beaucoup de choses, je n'ai pas hésité à faire à nouveau appel à ses services. Aujourd'hui, Xavier s'est associé à son fils Arthur, et la transformation de la grange est donc l'oeuvre commune du père et du fils. Comme la nouvelle génération pense bien davantage en termes d'écologie et d'économies d'énergie, la présence d'Arthur fut pour moi la garantie d'une plus-value sur ces deux plans. "

Mais comment se lance-t-on dans pareil projet ? Comment transforme-t-on une grange construite avec des matériaux de récupération et restée durant plus d'un siècle ouverte à tous les vents, en une étonnante résidence de vacances équipée de toutes les commodités ? Comment un architecte peut-il concevoir une telle affectation pour un bâtiment aussi caractéristique sans lui faire perdre son âme ? La réponse de Xavier Donck relève de l'émotion pure : " En tombant, nous aussi, amoureux de cette grange. Cette mission pas comme les autres a éveillé en nous une véritable passion pour ce type de bâtisse car, depuis, Arthur et moi avons rénové d'autres granges. Le constructeur de granges et les différents entrepreneurs avec lesquels nous avons travaillé partageaient la même passion. Je reste convaincu que cela a été l'un des facteurs déterminants de la réussite du projet. "

Une enveloppe de bois

Une grange peut se comparer à un loft : un grand espace ouvert dont il faut préserver le charme " brut ". Dès le départ, l'objectif était de conserver les plus beaux éléments architecturaux de la bâtisse : les pignons, les poutres et chevrons, la porte latérale, la porte d'entrée ainsi qu'une partie des tuiles de Boom. C'était d'ailleurs une exigence du VIOE(Institut flamand pour le patrimoine immobilier). Si la grange n'est pas classée, elle figure bien dans son inventaire. Fort heureusement, le projet global a été approuvé et les architectes ont même reçu carte blanche.

Avant tout, il a fallu stabiliser la construction. Les sols d'origine ont été retirés pour couler de nouvelles fondations en béton. La seconde étape, tout aussi indispensable, fut la construction d'une ossature en bois tout autour de la grange, car ses murs en briques n'auraient pas supporté le poids des nouveaux vitrages. Le bâtiment a donc été totalement habillé d'une nouvelle structure.

Arthur Donck se souvient des heures passées à la conception de la façade arrière vitrée. "Nous avions initialement pensé à une série de petites fenêtres, mais après avoir abattu une grande partie du mur, nous avons réalisé que la vue sur les polders était trop belle pour ne pas en tirer parti, d'où l'idée d'une façade largement vitrée. " Pour dessiner cette façade, l'architecte aurait pu effectuer des métrés très précis et proposer une finition parfaite, mais il a estimé que cela aurait fait perdre son âme au bâtiment. Il a donc pris un cliché de la façade au moment où elle était pratiquement à nu pour y poser ensuite un papier calque et la dessiner au crayon. " Si, techniquement, un travail de menuiserie tel que celui-ci n'est pas insurmontable, c'est esthétiquement un travail de bénédictin, pour l'architecte comme pour le fabricant de châssis. Je voulais absolument que la façade conserve son rythme d'origine. " La propriétaire appréciant particulièrement les menuiseries fines et élégantes, Arthur Donck a opté pour un mélange de bois et d'acier pour les châssis et les portes vitrées des façades avant et arrière.

Je vais construire & rénover n°388

TEXTE : Katrien Depoorter - PHOTOS : Bieke Claessens

Xavier et Arthur Donck - www.donck.archi

Nos partenaires