En images : une villa moderniste bénéficie d'une rénovation contemporaine

29/05/18 à 16:52 - Mise à jour à 08/06/18 à 16:16

Ce bel-étage a séduit au premier regard le couple d'architectes Barbara Leenaards en Alexander Janssens, avec sa façade sobre et moderne, son excellente situation et son aménagement rationnel. À l'intérieur, le temps semblait s'être arrêté. Quelques interventions simples ont suffi à le remettre à neuf, pour un budget limité.

À l'origine, deux maisons ouvrières se trouvaient en lieu et place de ce bel-étage. Des constructions typiques de la région du Rupel (Malines), où les briqueteries et l'extraction de l'argile tournaient alors à plein régime. Dans les années 1970, elles ont été démolies pour faire place à ce bel-étage peu courant dans le quartier. "Nous avons d'emblée apprécié le caractère spacieux de l'habitation, mais aussi le voisinage. Nous sommes à proximité de tout via l'A12 et l'E19, et le quartier ne peut plus s'étendre car il est limité par le domaine récréatif De Schorre et les puits d'argile. La cote du quartier a grimpé en flèche au cours des dix dernières années. Nous apprécions particulièrement l'ambiance populaire qui règne ici, tout le monde se connaît", explique Barbara Leenaards, architecte et propriétaire.

Avant d'être achetée par Barbara et Alexander, le bel-étage était occupé par un entrepreneur. "Le rez-de-chaussée servait d'espace de stockage et de showroom, tandis que l'entrepreneur habitait à l'étage. Nous avons conservé cette répartition : comme l'habitation couvre plus de 300 m², bien répartis sur trois niveaux, nous avons aménagé le rez-de-chaussée, qui est toujours frais, en bureau d'architecture", ajoute Barbara.

Cette possibilité de combiner travail et vie privée ne constituait qu'une des raisons de l'acquisition du logement. "D'un point de vue esthétique, nous apprécions la façade sobre et moderne, les grandes baies vitrées qui baignent la maison de lumière. En outre, c'est la seule maison du quartier à avoir une certaine hauteur, ce qui est très appréciable pour notre intimité. La construction rationnelle des plans et la base solide, propre et sans chichis de l'habitation constituaient d'autres atouts de taille. Nous n'avons pas dû réaliser d'importants travaux de démolition ou de mise à nu pour retrouver une base saine," poursuit-elle.

Je Vais Construire 411

Texte Elien Haentjens

Nos partenaires