L'éclosion d'un pavillon

06/08/10 à 09:25 - Mise à jour à 09:25

L'architecte Nicolas Van Eetvelde a rénové sa petite villa d'Uccle. Il en a plus que doublé la superficie habitable.

LIGNES DE FORCE 1. L'harmonie entre l'ancien et le nouveau. 2. L'exploitation optimale de l'espace limité. 3. Les nombreuses interventions qui renforcent la sensation d'espace. 4. L'ouverture et la belle luminosité dans la maison. 5. De par l'utilisation de matériaux légers (bois, zinc), la structure existante n'a pas dû être consolidée.

ARCHITECTEVan Eetvelde Architectes, Nicolas Van Eetvelde

La demeure est située dans une charmante rue de la commune d'Uccle. Le quartier fourmille de villas, grandes et petites ; mais on y découvre aussi quelques maisonnettes ouvrières. L'ensemble se présente comme une attrayante lisière urbaine, plantée au sud de Bruxelles.

Les maisonnettes ouvrières datent en fait de l'époque où Joseph Poelaert érigeait le Palais de Justice (vers 1866) : une partie du quartier des Marolles a dû être évacuée pour céder la place à ce monument colossal. Fort heureusement, les ouvriers ont pu déménager vers Uccle, qui était encore une zone rurale.

Sensation d'espace

Il y a quelques années, Nicolas Van Eetvelde et son épouse ont acquis cette maisonnette dans la rue du Moulin. Elle était minuscule et ne développait qu'un seul niveau de construction. Avec la naissance de leurs deux enfants, elle s'est rapidement avérée trop petite. La superficie habitable d'à peine 50 m² au rez-de-chaussée demandait d'urgence une extension et un agencement fonctionnel totalement différent.

Le rez-de-chaussée de la demeure fait exactement 50 m². C'est assez petit, mais l'abondante luminosité, l'ouverture et le passage percé vers un étage intermédiaire au-dessus du garage contribuent à la sensation d'espace. L'étage intermédiaire fait office de bureau familial et développe lui aussi une belle impression de spatialité grâce aux magnifiques baies vitrées.

La généreuse lumière naturelle qui éclaire la maison fait des miracles et accentue cet effet. La fenêtre intégrée dans la toiture joue à cet égard un rôle important, en permettant à la lumière zénithale de s'écouler directement dans la cage d'escalier.

Simplicité

La surélévation - en ossature bois, pour limiter le surpoids sur la structure existante - distribue maintenant deux chambres et une salle de bains. Le concept global brille par sa simplicité. La "coque" se compose d'un voligeage posé sur des poutres cintrées. La couche de zinc agrafée par-dessus cette structure a été prépatinée au moyen d'un procédé chimique et arbore une texture mate veloutée de teinte grise.

Mais tous les éléments anciens n'ont pas été rejetés pour autant. Ainsi, l'architecte a volontairement laissé l'ancien crépi tel quel. Sa structure morcelée confère à la façade un charme indescriptible. L'ancien et le nouveau se lisent parfaitement.

Philip Willaert

Nos partenaires