L'esthétique minimaliste qui cache des détails de construction astucieux

03/12/14 à 15:35 - Mise à jour à 15:35

Cette maison mitoyenne des années 1950 a retrouvé un tout nouveau souffle grâce à des interventions minimales. Mais derrière cette transformation et cette extension apparemment simples se cache une réflexion approfondie.

Remontons cinq années en arrière. Le long d'une route assez fréquentée dans le centre de Geluwe, près de Wervik, deux maisons mitoyennes pratiquement identiques. La première abrite un commerce et un appartement, tandis que la seconde accueille de temps en temps les enfants de la famille qui sont aux études. "Les propriétaires sont des amis de mes beaux-parents", explique Bas Meulman, architecte de chez Zoom Architecten à Gand. "Ils ont vendu l'une des maisons, et rénové et agrandi l'autre. C'était l'un de nos premiers projets".

Interventions minimales

Les architectes ont rapidement eu une vision claire de ce qui les attendait. "Il a d'abord fallu considérer l'existant. Sans cela, les travaux deviennent inutilement coûteux et complexes. Pour nous, la base d'une construction durable c'est de considérer l'ensemble attentivement et de garder ce qui est bon". De nombreux espaces étaient déjà lumineux et spacieux. En conservant certains éléments d'origine et en les remettant en valeur, le volume de base pouvait être revu avec peu de moyens. L'escalier en bois d'origine est ainsi devenu un élément phare, créant un véritable puits de lumière alimenté par les nouvelles fenêtres en toiture.

Une extension est par contre venue prolonger le rez-de-chaussée. "Dans le prolongement du séjour, le cube semble coulisser vers l'extérieur. Il n'occupe volontairement pas toute la largeur de la parcelle pour laisser entrer la lumière du jour à l'intérieur".

Béton préfabriqué

Dans le volume principal, les menuiseries de la façade ont été conservées. Par contre, pour l'extension, les architectes ont vu "large". Sur la façade latérale, une grande baie coulissante donne sur une petite terrasse en béton lissé. À l'arrière, dans un cadre en béton, la grande fenêtre semble zoomer sur le jardin

Pour garantir une finition nette et précise, le volume a été construit avec des éléments en béton préfabriqués. "Le jour où les pièces préfabriquées sont arrivées avec l'aide d'une énorme grue, nous étions un peu nerveux, mais c'était aussi captivant et très intéressant. En un seul jour, notre concept avait déjà pris forme".

Texte: Wim Deloof

Photos:Luc Roymans

Architectes: Zoom architecten

En savoir plus sur:

Nos partenaires