Le charme des vieilles pierres...

15/02/12 à 15:32 - Mise à jour à 15:31

En périphérie de village, le long d'un chemin de campagne, un ensemble de bâtiments datant du début du XIXe siècle forme un clos.

Les lignes de force (selon l'architecte)

1. La grande rigueur de la conception au service de l'usager. 2. Une architecture qualitative en termes de composition. 3. La communication avec l'extérieur. "En tant qu'architecte, c'est un cadeau de pouvoir intervenir dans ce genre de projet."

Architecte

Martiat + Durnez architectes - 04 221 20 94 - mdarchitectes@skynet.be

Dans un lieu privilégié, bien loin des turbulences urbaines, se loge un domaine de pierres qui a su traverser le temps avec grâce et beauté. La maîtresse des lieux a acquis un premier bâtiment en 2000, avant d'acheter la seconde bâtisse en 2005, en vue d'y aménager un espace pour son fils. Traitée dans le respect du bâti original, la rénovation présente un visage d'expression minimaliste, tout en s'imprégnant du caractère fort du bâtiment.

Un bâtiment, une histoire

L'ensemble du bâti date du début du XIXe siècle. Ces bâtiments étaient autrefois occupés par les ouvriers de la carrière voisine, lorsqu'elle était encore en activité. Les moellons en sont d'ailleurs probablement issus. Le volume transformé s'inscrit dans un ensemble en L, et sa morphologie rappelle celle d'une grange.

L'espace se compose de deux travées, construites à des périodes différentes. Le projet les traite avec spécificité, par le biais d'un percement intérieur qui leur donne une cohésion. Le cheminement au sein du volume a été conservé. "Le respect du bâti existant était primordial dans notre intention", note Sibrine Durnez, l'architecte.

Stavie Deroc

Consultez le numéro 348 de notre magazine Je Vais Construire pour plus d'infos.

En savoir plus sur:

Nos partenaires