Patrimoine et modernité

12/08/10 à 12:26 - Mise à jour à 12:26

La vieille ferme de 1645 est classée. Cela n'a pas empêché l'architecte Arne Lescrenier de la remettre au goût du jour, en aménageant l'intérieur dans un style contemporain.

LIGNES DE FORCE 1. La création d'un logement moderne et confortable dans une structure ancienne classée. 2. La réorganisation des fonctions, plus ouvertes ; les perspectives et les communications visuelles et sonores. 3. Les traces du passé harmonieusement sauvegardées et mêlées au minimalisme de l'aménagement intérieur contemporain.

ARCHITECTE Arne Lescrenier 0477 63 41 92

Une ancienne dépendance du château de Waroux, à deux pas de Liège. Sur le vieux mur, une plaque métallique : "Patrimoine classé par la Région wallonne". La spacieuse cour pavée mène aux granges et au corps de logis. Sur la façade de briques et de pierre bleue s'affiche la date de construction : 1645. C'est ici que l'architecte Arne Lescrenier a aménagé maison et bureau. Mais pas question pour lui de coup de foudre ou de longues recherches en quête de la maison idéale... Cette ferme, c'est un héritage, une histoire de famille.

L'entrée se fait telle qu'à l'origine : depuis la cour, il faut grimper quelques marches pour trouver la porte. Les visiteurs pénètrent alors dans un spacieux hall d'entrée pavé de pierre bleue. À droite se trouve le salon, un cran plus haut, séparé du hall par une double porte vitrée. L'architecte y a limité son intervention : au sol, le parquet est d'origine, simplement poncé et retraité ; le plafond à voussettes est resté en l'état, son relief marqué par une peinture foncée. La vieille cheminée massive ornée d'un blason s'implante au coeur de l'espace.

Circuler

De l'autre côté du hall, dans la salle à manger, une seconde pièce de choix est mise en valeur : une cheminée dont le chapiteau a été remplacé par un élément contemporain. Cette cheminée est un élément central dans l'aménagement.

"Mon idée, c'était de pouvoir circuler autour afin de mettre en relation cuisine et salle à manger", signale l'architecte. Pour cela, il a percé le mur sur lequel elle s'appuie de deux grandes baies symétriques, situées de part et d'autre de cet élément. Ces percements hauts et sobres ouvrent les perspectives. Les pièces sont liées visuellement les unes aux autres.

Economies d'énergie

Dans la cuisine, par contre, tout a été refait. Un îlot central s'impose au coeur de l'espace, permettant ici aussi une circulation périphérique. Sur le mur du fond, un grand meuble, composé de rangements et d'étagères, dissimule aussi une porte. Elle donne sur un couloir qui mène directement à l'extérieur. Un plafond suspendu intimise l'espace. Les techniques, comme la hotte et les luminaires, y sont intégrées. Cette structure est réversible, puisque les voussettes d'origine ont été conservées et peuvent facilement retrouver leur aspect initial.

Pour faire des économies d'énergie, l'architecte a isolé le bâtiment par l'intérieur. Isoler, c'était primordial, vu l'importante hauteur sous plafond et le volume à chauffer . Au niveau des châssis et des toitures, par contre, Arne Lescrenier n'a touché à rien : ces éléments avaient été rénovés et remplacés dans les années 1980, grâce à un subside de la Région wallonne.

Léa Bierlin

En savoir plus sur:

Nos partenaires