Protégée par un rempart

13/04/11 à 17:42 - Mise à jour à 17:42

La villa 4 façades, typique des années 1960, a été agrandie par un volume extrêmement simple qui la dissimule aux regards indiscrets.

LIGNES DE FORCE 1. La relation intérieur-extérieur. Les frontières sont gommées pour établir une relation visuelle vers le jardin. 2. Le travail de la lumière naturelle, qui pénètre au coeur de la maison. 3. Le demi-niveau séparant l'espace privatif du séjour lui donne une indépendance, tout en dynamisant l'espace.

ARCHITECTE Marie-Noëlle Guissart

Les propriétaires ont su d'emblée qu'ils devraient rénover cette construction de 1967. Au-delà d'un manque de place, la configuration ne leur convenait guère : la maison était implantée perpendiculairement à la route, et la cuisine était orientée au nord, à l'opposé du jardin.

Nouvelle configuration

Aujourd'hui, après l'intervention de l'architecte Marie-Noëlle Guissart, l'habitation exhibe une nouvelle façade et le jardin est privatisé, coupé du bruit de la route et des regards, grâce à une extension qui s'implante côté rue.

Un long mur d'une vingtaine de mètres, opaque, dissimule l'intimité des habitants aux regards extérieurs, tout en refermant le jardin sur lui-même, un peu comme un patio. À l'intérieur, les pièces de vie ont été réorganisées pour coller au mieux aux exigences de vie des occupants.

Au-delà de la nouvelle configuration, ils ont gagné une chambre, un coin TV, un bureau et une salle de bains.

Du verre pour articuler Pour concrétiser la connexion entre les deux volumes, l'architecte a utilisé du verre. Concrètement, elle a choisi d'implanter l'extension un demi-niveau sous l'espace de vie, pour coller au mieux au terrain et permettre aux rayons du soleil de l'ouest de passer par-dessus le volume et d'atteindre ainsi les terrasses.

L'entrée de la maison se situe au bout d'une longue allée, à l'intersection de l'ancienne maison et du nouveau volume. Le terrain étant en pente, aucune pièce de vie ne s'installe à ce niveau, occupé par les caves et le garage.

Les zones de circulation et de service s'installent dans l'ancienne maison, au nord. Via une porte coulissante, le vestiaire donne accès aux fonctions de vie, largement ouvertes, qui profitent de grandes baies vitrées donnant sur le jardin-patio et la piscine.

Côté cuisine, une porte vitrée ouvre des perspectives vers l'extension. Quelques marches conduisent les occupants au volume perpendiculaire à la construction initiale, en contrebas.

En enfilade, on y trouve un salon TV, une buanderie, puis l'espace des parents, composé d'un dressing, d'une chambre et d'une salle de bains. En bout de course, une dernière pièce est accessible uniquement par l'extérieur. Elle est équipée d'une douche et de toilettes. Soit un petit "pool house" utilisé par les baigneurs.

Au niveau des énergies Au niveau des énergies, la maison est chauffée via une chaudière au mazout. Des panneaux solaires chauffent l'eau sanitaire et la piscine, et une citerne récolte l'eau de pluie.

Si relativement peu d'efforts d'isolation ont été faits au niveau de la maison initiale, hormis la pose de nouveaux châssis à triple vitrage et l'isolation de la toiture, l'extension est quant à elle de type "basse énergie".

Léa Bierlin

En savoir plus sur:

Nos partenaires