Se ressourcer à la mer

03/08/10 à 13:12 - Mise à jour à 13:12

Non loin de la minque de Nieuport, Bieke a rénové, presqu'entièrement de ses mains, une ancienne maison de pêcheur qui s'était étiolée au fil des ans.

LIGNES DE FORCE 1. Un respect maximal pour l'atmosphère et les matériaux d'origine de la maison. 2. L'exploitation judicieuse de chaque mètre carré disponible. 3. L'emplacement central de la cuisine comme lien entre la maison principale et l'arrière-maison. 4. La paroi en peuplier entre le hall d'entrée et le séjour, qui présente une surface uniforme lorsque les portes sont fermées.

ARCHITECTE Lens°ASS architecten, Bart Lens

La maisonnette rénovée est le produit d'une collaboration ciselée entre un architecte chevronné et une mandataire des plus ingénieuses. Pour couronner le tout, ils ont pris le temps qu'il fallait. Bieke a acheté la bâtisse il y a huit ans, pour une bouchée de pain. C'était une maisonnette de pêcheur typique comprenant deux pièces, des petites fenêtres et un couloir étroit, de quatre-vingt centimètres de large à peine. Un escalier fort raide menait aux combles. À cet étage, il n'y avait rien, hormis un grenier dans lequel l'eau s'infiltrait allègrement à travers les tuiles.

Bien que les plans aient fait l'objet de plusieurs modifications en cours de chantier, il était clair, dès le départ, qu'il faudrait créer un lien entre l'habitation à proprement parler et l'annexe ; cette nouvelle jonction accueillerait la cuisine. Une idée plutôt ingénieuse présentant d'innombrables avantages. En effet, l'annexe est devenue partie intégrante de l'habitation et a permis de dégager le reste du rez-de-chaussée, qui s'est transformé en un espace agréable dans lequel on découvre, outre le hall d'entrée, un salon avec feu ouvert et une table pour les repas. La grande fenêtre assure une luminosité abondante dans le séjour.

Partaitement isolé Une paroi murale en planches de peuplier non dégauchies forme la séparation entre le séjour et le hall d'entrée. "On peut aussi construire des parois en plaques de plâtre, en chêne ou en pitchpin, mais on opte généralement pour le peuplier dans les maisons rurales ou banales, précise l'architecte. C'est le bois des gens ordinaires. Ce bois a une allure sympathique et offre bon nombre d'avantages : il ne coûte pas cher et sa couleur claire ne jaunit pas. Le peuplier ne laisse jamais paraître son âge." Le bois brut, non dégauchi, est vigoureux et jeune. En outre, comme il n'y a ni poignée ni encadrement de porte, aucun élément ne vient perturber la paroi.

La toiture a été entièrement renouvelée. La forme a été maintenue et dotée de lucarnes et de petites fenêtres de toit pour augmenter la luminosité. Les poutres fêlées ou déformées ont été réutilisées. Pour l'isolation, l'architecte a doublé les chevrons existants par-dessus le voligeage et a posé entre eux d'épais panneaux de PUR recouverts d'aluminium sur les deux faces.

Les nouvelles lattes et les tuiles ont ensuite été placées. De cette manière, l'ensemble est parfaitement isolé et les structures existantes restent apparentes. Par ailleurs, les murs latéraux ont été chaulés, et les maisons voisines sont occupées en permanence. La maisonnette est donc parfaitement isolée au plan thermique.

Agnes Mus

En savoir plus sur:

Nos partenaires