Un loft mi-classé

14/04/11 à 17:15 - Mise à jour à 17:15

L'architecte Tom Vanhee a rénové les combles d'un bâtiment classé à Bruges pour les relier à un appartement attenant.

LIGNES DE FORCE 1. L'ouverture des espaces et les vues génèrent une agréable expérience de vie. 2. La luminosité est abondante et variée : toitures à redents, lucarnes... 3. L'ancien et le moderne créent une tension propre à titiller les sens, ce qui renforce le particularisme de cette habitation classée. 4. Exploitation judicieuse du moindre m².

ARCHITECTEROOM & ROOM architecture et urbanisme, architecte Tom Vanhee

Nul doute qu'il s'agit ici d'un lieu historique. D'après les archives, il ressort que cette bâtisse brugeoise remonte à l'an 1484 et qu'elle accueillit une pharmacie à partir du XVIIe siècle.

La mission de l'architecte Tom Vanhee (ROOM & ROOM, architecture et urbanisme) consistait à relier les combles de la pharmacie à l'appartement situé au même niveau dans l'immeuble attenant.

L'aménagement des combles, qui s'était ici imposé suite à l'extension de la pharmacie, est un phénomène de plus en plus fréquent. Cet espace souvent négligé gagne en effet en importance dans l'habitat contemporain, notamment en raison des exigences de plus en plus sévères en matière d'isolation et de son potentiel de superficie habitable. Un potentiel hautement exploité ici.

Une toiture en dents de scie

Le raccord entre les deux espaces a été réalisé en insérant une toiture en dents de scie, appelée aussi toiture "shed" ou à redents. L'architecte Tom Vanhee a calqué la toiture à redents sur le rythme séculaire des chevrons.

La partie extérieure de cette toiture s'est vue doter d'une finition en zinc qui donne la sensation tactile du velours.

À l'intérieur, l'architecte a éliminé l'ancien agencement compartimenté de chacune des habitations. Il a ainsi répondu au souhait des maîtres d'ouvrage d'ouvrir totalement l'espace. Pour y parvenir, il fallait générer un flot de lumière supplémentaire.

C'est chose faite, grâce non seulement aux toitures à redents, mais aussi aux deux nouvelles lucarnes donnant sur la cathédrale. Celles-ci déversent leurs flots de lumière latéralement, de manière à souligner l'abondance d'espace.

L'escalier accédant au grenier a été cerné par une balustrade pour des raisons de sécurité. L'ascenseur désormais installé a définitivement résolu le problème, accroissant en outre le confort des occupants.

L'immense séjour, tout en ouverture, a gardé la caractéristique des combles d'époque. La charpente en bois confère au séjour une structure à la fois dynamique et vivante. C'est un espace que l'on parcourt des yeux avec une délectation certaine.

Dans l'immeuble attenant se développe une salle de bains dans le même esprit, d'une blancheur immaculée. Conçues comme une seule unité, salle de bains et chambre à coucher se suivent dans un même élan.

Le sol coulé, blanc comme neige lui aussi, vient renforcer cette harmonie visuelle. Ce projet a aussi été imaginé avec un regard sur l'avenir.

Philip Willaert

En savoir plus sur:

Nos partenaires