Un volume à haut potentiel

30/08/11 à 12:35 - Mise à jour à 12:35

L'architecte Geoffroy Jacquemin a rénové une ancienne maison de famille pour y vivre avec femme et enfants.

LIGNES DE FORCE 1. La transformation contemporaine a su conserver le caractère ancien de la maison. 2. L'aspect chaleureux de l'habitation. 3. La construction est peu énergivore, et les apports au niveau de l'isolation et de la ventilation apportent du confort aux occupants. 4. L'agréable changement d'univers et d'ambiance d'une zone à l'autre. 5. La luminosité dans la cuisine et le coin repas séparé, où les occupants se tiennent fréquemment. 6. La chaleur des pierres et le fait qu'il s'agisse d'un vieux bâtiment procurent une ambiance particulière à l'habitation.

ARCHITECTE Geoffroy Jacquemin, bureau d'architecture Trema

À la recherche d'une maison à rénover dans la Province du Luxembourg pour y loger sa famille, Geoffroy Jacquemin a finalement choisi de reprendre celle d'une tante pour la rénover à son goût. Construite en 1904, la maison était un ancien bâtiment agricole, composé d'un corps de logis et d'une écurie.

Pour se libérer de la structure existante et pouvoir aménager les lieux comme il l'entendait, Geoffroy Jacquemin a modifié la vieille charpente de bois de sorte qu'elle ne repose plus sur les murs porteurs intermédiaires. Dès lors, tout l'intérieur a été démoli, exceptés un plancher ainsi qu'un gros mur central, autrefois porteur, mais qui ne monte désormais plus jusqu'au toit : coupé, il joue désormais le rôle de garde-corps au niveau du palier du premier étage.

Acier Cor-Ten La façade avant n'a presque pas été modifiée, si ce n'est l'entrée qui a été décalée vers l'ancienne écurie et dont l'ouverture a été agrandie. Si les ouvertures sont plus généreuses à l'arrière - au sud - elles sont réduites au niveau des pignons pour éviter les regards des voisins. À l'ouest, un élément se décale, comme s'il sortait de la maison. Cette extension en acier Cor-Ten permet d'aller chercher de la lumière naturelle indirecte sans gêner l'entourage. Toutes les interventions contemporaines ont été marquées par un bardage d'acier, tandis que le volume ancien a été couvert d'enduit.

Salon et salle à manger

Le salon et la salle à manger s'implantent dans l'ancien corps de logis et font profiter de la vue sur le jardin, au sud. Au sol, un parquet en chêne semi-massif intègre le chauffage. Les vieux murs de pierre ont été laissés apparents, tandis que le plafond en béton a pris le relief des nervures du bois utilisé pour son coffrage. Les châssis sont en aluminium couleur chocolat. L'intérieur est chaleureux, malgré le choix de garder l'aspect brut des différents éléments. Un poêle à bois vient en appoint du chauffage et contribue à l'ambiance des lieux.

Isolation

Côté énergie, l'architecte a mis l'accent sur l'isolation : toute l'enveloppe a été réisolée. Les façades ont reçu une couche d'isolant de 15 centimètres, avant d'être réenduites d'un crépi couleur taupe, identique à l'initial. Même principe au niveau du sol du rez-de-chaussée, qui s'est vu surélevé de quelques centimètres. La toiture a quant à elle été entièrement refaite, isolée et couverte d'ardoises en demi-lune, identiques aux matériaux d'origine. Ces initiatives ont permis à l'architecte d'obtenir un coefficient d'isolation K 33, particulièrement performant pour une ancienne maison. Les occupants de la maison bénéficient également d'une ventilation double flux et de l'énergie produite par des panneaux photovoltaïques.

Consultez le numéro 343 de notre magazine Je vais construire pour plus d'infos sur la rénovation de cette maison.

Nos partenaires