Vivre de plain-pied

15/09/12 à 14:00 - Mise à jour à 14:00

Ce bungalow d'apparence classique arbore désormais un deuxième visage suite à une reconversion contemporaine.

Ce bungalow d'apparence classique arbore désormais un deuxième visage suite à une reconversion contemporaine. Un beau défi pour une typologie surannée.

En périphérie bruxelloise, dans un lotissement des années 60, un bungalow parmi tant d'autres aux alentours a démarré une nouvelle vie. Acquise par un couple de seniors qui avaient toujours vécu dans une grande propriété, cette petite maison de plain-pied était la voix de la raison. Une maison potentiellement facile, confortable et pratique à entretenir, sous réserve de quelques transformations...

Le déclic

À presque 50 ans, l'habitation avait pris quelques rides. Son aménagement intérieur consistait en une juxtaposition de petites pièces sans contact direct avec le jardin. Ses baies de petite taille n'offraient que peu de lumière. N'empêche, elle avait le charme désuet des sixties. Conçue comme habitation pavillonnaire en banlieue verdoyante, exiguë et relativement bon marché, elle s'adressait à un marché d'expats, aux dires du nouveau propriétaire. Elle s'inscrit dans l'utopie des années 60, avec le tout à l'auto et à la propriété, facile d'accès et entourée de son jardin. C'est avec ce bagage que les nouveaux propriétaires arrivent chez les architectes, un peu par hasard, à l'occasion d'une visite guidée de leur maison-atelier d'architecture à Tervueren. C'est alors que se produit le coup de foudre pour l'ambiance, les matériaux et quelques aménagements astucieux.

"Ils veulent la même chose pour leur future maison et, surtout, des grandes portes coulissantes qui disparaissent en un clin d'oeil", raconte l'architecte Olivier Provoost. Ce qui les séduit également, c'est de faire du neuf à partir de l'existant, sur base d'un projet qu'ils ont vu fonctionner et qu'ils ont pu apprécier. Leur programme comporte trois chambres, deux salles de bains et de beaux grands séjours ainsi qu'un garage. Il faudra trouver le moyen de faire exploser le cadre étriqué du bungalow pour y répondre et bénéficier de plus d'espace.

Laure Eggericx

Consultez le numéro 354 de notre magazine Je Vais Construire pour plus d'infos.

Nos partenaires